Achetez le mensuel papier QQF

c'est aussi un mensuel papier

Comprendre mieux pour agir plus
Chauuuuud !
×

Chaud !

Plus que 55 heures pour soutenir Qqf version papier

Qqf a lancé sa campagne participative sur Ulule il y a quelques semaines. <br> <br> Merci à tous ceux qui ont déjà contribué à ou partagé [...]

lire la suite

Rendez-vous Jeudi 5 avril pour l'apéro Qqf

À J-9 de la fin de sa campagne d’abonnement sur Ulule, Qqf vous convie autour d’un apéro-rencontre avec son équipe. Nous serons ravis de discuter [...]

lire la suite

Benvenuti in Refettorio Paris !

Un restaurant solidaire, où cuisinent des grands chefs, qui favorise le recyclage, lutte contre le gaspillage alimentaire et l'isolement, sert [...]

lire la suite

Bonne nouvelle, on peut manger durable !

« Se nourrir durable ? », c'est la question posée par le CERIN (centre de recherche et d'information nutritionnelles, rattaché à l'interprofession [...]

lire la suite

Ne transformez pas vos tickets restaurant périmés en origami !

Depuis le 1er février, les tickets restaurants 2017 sont périmés. Si vous vous en êtes rendus compte trop tard, ne le regrettez pas : ils pourront [...]

lire la suite

Le premier restaurant naturiste ouvre ses portes dans la capitale

Le premier restaurant naturiste ouvre ses portes dans la capitale

Image d'illustration de l'actualité Le premier restaurant naturiste ouvre ses portes dans la capitale
Chassez le naturisme, il revient au galop. Pour le meilleur et pour le pire !

Après le succès qu'a connu l'espace naturiste éphémère au bois de Vincennes cet été, Stéphane et Mike Saada ont décidé de surfer sur la tendance en ouvrant un restaurant naturiste : O'Naturel, niché dans le calme XIIe arrondissement de Paris. Messieurs Saada ne sont pas eux-mêmes adeptes du nudisme : ils ont simplement surfé sur cette tendance afin de « de se démarquer en offrant une cuisine de qualité ». Le pari est réussi : leur initiative a rencontré un important succès dans les médias.

Dans leur établissement, on entre par un petit sas, puis chacun se dénude dans un vestiaire. Après avoir enfilé des pantoufles Made In Taïwan gracieusement offertes, le moment tant redouté arrive : l'entrée en salle. On respire et on y va. Et à la vue de tous ces corps nus surgit une question : Et l'hygiène dans tout ça ? Les restaurateurs nous rassurent : « La housse sur laquelle vous êtes assis est à usage unique ». Ah très bien, on passe à table. Bonne surprise : les voisins ne sont pas trop nombreux. Ce soir, seule une vingtaine de housses en lycra sera jetée. Chouette ! Surchauffée en plein hiver, la salle aux murs bleus est éclairée de dizaines de lampes LED à la lumière blafarde. Dans cette atmosphère clinique, chaque bourrelet ou poil mal placé est à la vue et au su de tous, c'est nature. A la carte par contre, rien de particulièrement « naturel » : pas de carte de vin nature, d'expérimentation de cuisine RAW, ou de choix d'aliments biologiques et de saison.

Fort d'être le seul sur ce marché, le restaurant s'offre le luxe de proposer des plats bistronomiques à des prix astronomiques (comptez 49 euros pour un menu entrée/plat/dessert). La cerise sur le gâteau apparaît finalement en trois temps : lorsqu'on se rend compte du peu d'intérêt que revêt l'expérience naturiste dans un espace aussi confiné et peu naturel, que les chaussons en plastique (dont la durée de vie aura été d'une 1 à 2 heures) subiront le même destin tragique que les housses – la poubelle, et qu'en définitive, ce qui aura aura été vraiment mise à nu ce soir (outre la supercherie du lieu), c'est votre carte bancaire...

Pour recevoir nos infographies
et les meilleurs plans Qqf.

Promis, on vous envoie seulement le meilleur