Et si on parrainait des abeilles ?

CONSEIL
Et si on parrainait des abeilles ? sur Qu'est-ce qu'on fait
En 2013, les deux Zurichois Claudio Sedivy (ingénieur agronome) et Tom Strobl (biologiste) ont lancé Wildbiene + Partners, une startup qui met en place un programme de multiplication des abeilles sauvages, grâce à des habitations fabriquées pour elles : les Beehomes. Après 5 années de développement en Suisse, Beehome a volé jusqu’en France en lançant une campagne de financement participatif au début de l'année 2018. C’est à ce moment-là que nous avions rencontré Tom Strobl et Chloé Humbert-Droz, chargée de projet.

Beehome : une maisonnette et un programme de parrainage pour les abeilles

Beehome est une petite boîte en bois contenant des cylindres, à accrocher dans son jardin ou sur son balcon. Cette boîte est reçue à domicile avec un tube pré-rempli de larves d’abeilles. On rentre ce tube dans l’un des cylindres, puis on attend… Au printemps, les larves éclosent, les petites bêtes montrent le bout de leur nez. De notre côté, toujours rien à faire : ces ouvrières invétérées s’adonnent à leur besogne, à savoir polliniser. Au début du mois d’août, l’activité ralentit. Les adultes ont fait leur travail (se nourrir, se reproduire) et laissent derrière eux de nouvelles larves avec le pollen nécessaire à leur développement. Et nous, on renvoie la boîte, qui contient une plus grande quantité de larves que ce que l’on avait reçu. Celles-ci seront récupérées par l’équipe de Beehome, débarrassées d’éventuels parasites (tels que les mouches à fruits, le clairon des abeilles), puis conservées pendant l’hibernation. La majorité des larves seront distribuées à des agriculteurs, les autres retrouveront notre balcon ou jardin.

Les abeilles maçonnes, nos nouvelles copines

Sur les 600 espèces d’abeilles sauvages qui existent, Beehome a décidé de faire parrainer les abeilles maçonnes. Déjà, parce qu’elles amadoueront les plus craintifs (ne piquent pas, ne sont pas attirés par la nourriture, et ne produisent pas de miel), mais surtout parce qu’elles ont un super-pouvoir de pollinisation : jusqu’à 300 fois supérieur aux autres espèces. De quoi taper dans l’oeil des agriculteurs : "Environ 90% des agriculteurs renouvellent leur commande d’abeilles d’une année sur l’autre", nous expliquait justement Tom. On comprend, à l’heure du déclin des insectes pollinisateurs dont dépendent 84% des espèces cultivées, le renfort des maçonnes n’est pas de refus. Cependant, cette espèce n’est pas menacée, comme le précisait Tom : "Beehome n’a pas l’intention de sauvegarder l’espèce des maçonnes car elle est encore très courante. Mais cette maison nous permet de familiariser les gens avec cet insecte qui ne pique pas et qui est très mignon. Nous pensons que c’est une première étape de sensibilisation  avant de commencer à protéger d’autres espèces qui sont plus rares."

 

"On voit que les gens s'y attachent"

Une Beehome chez moi ?

Que vous ayez un grand jardin ou un simple appartement, les abeilles pourront se plaire chez vous. Même en pleine ville ! "À Zurich, nous avons constaté que cela fonctionnait très bien. Dans une grande ville, même à Paris, si on lève la tête sur les fenêtres, sur les toits, on se rend compte qu’il y a une grande diversité de fleurs, et bien différentes de celles que l’on trouve à la campagne. Alors, généralement, les abeilles ont de quoi se nourrir. Et s’il n’y a vraiment rien autour d’elles, elles sont capables de voler jusqu’à 100, voire 200 mètres !" nous expliquait Chloé. "Après, si on le souhaite, on peut rajouter quelques fleurs comme la muscari, la camomille, ou la vipérine. Ou un conseil que l’on donne aussi, c’est aussi de laisser fleurir sa ciboulette". Facile, donc ! Mais attention... Accueillir des abeilles chez soi, c’est risquer de s’y attacher : "On reçoit des messages de parrains en Suisse qui nous disent quels noms ils ont donné à leurs abeilles. On voit que les gens s’y attachent ! Elles sont hyper mignonnes."

"Hyper mignones", oui ! ;)

Beehome a remporté sa campagne de financement et compte aujourd’hui près de 1000 parrains français. On peut se procurer des Beehomes ici.

Mathilde Rouzies / Propos recueillis par Noëlie More et Anna Waldberg

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...