Ces 5 faux-amis des vacances que l'on doit remplacer

CONSEIL
Ces 5 faux-amis des vacances que l'on doit remplacer sur Qu'est-ce qu'on fait
Ils avaient tout pour nous plaire, nous distraire, ou même nous protéger... Et pourtant, ce ne sont pas de bonnes idées. Découvrez 5 faux amis de l'été, et des alternatives pour les remplacer.

N°1 : La crème solaire

Que l'on soit bien d'accord : se tartiner de crème solaire avant une exposition au soleil reste un moyen fiable de se protéger contre les brûlures et maladies de peau, dont le cancer. Donc jusqu'ici, on ne va pas s'y opposer. Mais c'est qu'une fâcheuse habitude a gagné beaucoup d'amateurs de bronzette : le cycle interminable tartinage-baignade-tartinage-baignade... Il y a des chances pour que vous vous reconnaissiez dans cette habitude, puisque 4 000 à 6 000 tonnes de crème solaire sont déversées dans les mers et océans chaque année ! Gloups. Et le souci, c'est que certaines substances qu'elle contient (paraben, cinnamate, benzophénone et des dérivés du camphre) sont mortelles pour les coraux, et dans de telles quantités, dangereuses pour le reste de la vie sous-marine.

4 000 à 6 000 tonnes de crème solaire sont déversées dans les mers et océans chaque année.

Qu'est-ce qu'on fait ?!

  • Pour éviter de répandre cette crème killeuse de corail, on peut tout simplement porter des vêtements longs, et attendre de s'être baignés pour se tartiner.
  • Si l’on veut profiter de nos seuls instants bikini de l'année, on exclue les crèmes avec "Ethylhexyl Methoxycinnamate" ou "Benzophenon " sur l'étiquette, et on privilégie les crèmes certifiées bios. L’encadrement des indices de protection étant très stricte, l’efficacité est la même que les crèmes solaires non bios. 2 marques que l'on peut vous suggérer : Eq sun ; Avène

N°2 : Ce beau tigre qui se laisse caresser dans un parc animalier

(De même pour les balades à dos d’éléphant, les photos avec les paresseux, etc)

Un peu de bonne foi devrait suffire pour se douter qu'un prédateur tel qu'un lion ou un tigre (ou n'importe quel animal qui vit très bien sa vie loin des hommes) ne raffole pas d'une session selfies du matin au soir. Alors, si un lionceau accepte de se faire biberonner par une brochette de touristes, c'est peut-être parce qu'il a été retiré prématurément à sa mère, et qu'on le retirera du parc avant qu'il devienne grand (pour devenir quoi ? le destin de ces bêtes est souvent un mystère…). Et si des lions à l'âge adulte se laissent caresser, c'est peut-être qu'une bonne dose de calmants se trouvait dans leur beef steak. Et tout ça dans un enclos bien trop petit pour ces fauves de la savane. Donc non, vraiment, alimenter ce business n’est pas une bonne idée.

D’ailleurs, en recherchant des hashtags comme « #lionselfie », voici la mention que fait apparaitre Instagram : 



Qu'est-ce qu'on fait ?!

Vous avez vraiment envie de papouiller un félin cet été ? Le cat-sitting est LE bon plan pour mixer sa passion des animaux avec un plan hébergement gratos. (À trouver sur Nomador par exemple)

N°3 : La bouée flamant rose (ou licorne, ou ananas, ou part de pizza, ou...)

Icônes d'un véritable Instagram way of life, les bouées géantes en plastique connaissent un succès monumental depuis 2015 (+200% de ventre entre 2016 et 2017 sur Amazon, rapportait le Guardian). On comprend : partir à la conquête d’une swiming pool en chevauchant un animal rose en plastique, c'est un peu le kiffe. Mais, très souvent fabriquées en Chine, ces bouées sont composées d’un plastique de mauvaise qualité, parfois non certifié (donc pas cool pour la santé et l’environnement), et ont peu de chances de passer tout l’été sans être percées… Rejoignant ainsi les masses de plastique jetées, dont la planète se passerait bien.

Qu'est-ce qu'on fait ?!

  • Mais il y a plein d'autres moyens d'être classe, comme en apprenant quelques figures de natation synchronisée ou en réalisant des sculptures avec sa serviette au bord de la piscine.
  • Si on ne peut pas s’en passer, on opte pour une bouée plus costaud en PVC haute densité, pour qu’elle nous accompagne plusieurs étés.

N°4 : Ce cocktail à siroter à la paille

Retenez bien ceci : chaque jour, 8,8 millions de pailles sont jetées en France, uniquement dans l’industrie du fast food et 500 millions de pailles sont consommées aux États Unis. Donc ce petit bout de plastique est loin, très loin d’être aussi anecdotique qu’il n’y parait. Le Royaume-Uni, la Ville de Paris, ou la ville de Seattle ont déjà voté l’interdiction des pailles en plastique. Mais n’attendons pas que cette interdiction soit effective pour commander, dès cet été son cocktail "Sans paille s’il vous plait !"

 Chaque jour, 8,8 millions de pailles sont jetées en France

Qu'est-ce qu'on fait ?!

  • On suit l’association Bas les pailles et on sensibilise les copains, la famille et les barmen.

N°5 : Un coquillage porte-bonheur

Un masque et un tuba suffisent à s’ouvrir sur un monde sous-marin que l’on ne suspectait pas. Et avec un peu de chances, on peut tomber sur des trésors aquatiques tels que des coraux, des coquillages, des poissons multicolores, des étoiles de mer, des éponges… Mais là où ils sont les plus le magnifiques, c’est sous l’eau. Prélever l’un de ces êtres pour un joli souvenir, c’est enlever un élément nécessaire à un écosystème. Et quand on connait le nombre de touristes attendus sur les littoraux en été, ça fait beaucoup de coquillages enlevés. D’ailleurs, la loi interdit de ramasser certaines espèces, mais aussi des galets ou même du sable ! Lire notre infographie sur le tourisme balnéaire

Qu'est-ce qu'on fait ?!

  • Autre idée de petit trésors à ramasser : le verre poli par le sable, très beau dans les vases ou pour réaliser des mosaïques. Quelques inspirations ici.
Mathilde R.

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...