Discutons foot et démocratie avec Vikash Dhorasoo

CITOYENNETÉ
Discutons foot et démocratie avec Vikash Dhorasoo sur Qu'est-ce qu'on fait
L'ancien international français, co-créateur du mouvement Tatane (militant pour un football joyeux et durable) est aussi surprenant avec ses idées qu'il ne l'était avec ses pieds. Il propose par exemple d'utiliser le foot comme outil d'éducation civique. Rencontre express*.

Comment concilier les besoins de mondes diamétralement opposés, composés de gens qui n’ont pas le même maillot mais la même passion ? Comment répondre aux enjeux d'une équipe championne du monde, d'un championnat professionnel, ou des bambins du club du coin ? C'est la mission d'un homme, le président de la FFF, à la tête d’une liste, élue par les présidents des clubs pros (37% des voix) et les dirigeants des ligues régionales amateurs (63%). Et si cela changeait ? Et si on donnait la possibilité à l’ensemble des licenciés de choisir directement la liste retenue et ainsi influer la direction que prend le monde du ballon rond ? Cela serait-il un moyen pour que ce sport redevienne populaire et surtout, cela pourrait-il développer l’esprit citoyen ? 

"Élire le président de sa fédération, pour n’importe quel licencié, permet de s’interroger : A quoi sert de voter ? Quels éléments vont me permettre de décider entre les différents candidats ?"

Qqf : Pourquoi militez-vous pour l’élection du président de la Fédération Française de Football à la démocratie directe de tous les licenciés du foot en France ?

Vikash Dhorasoo : Élire le président de sa fédération, pour n’importe quel licencié, permet de s’interroger : "A quoi sert de voter ? Quels éléments vont me permettre de décider entre les différents candidats ?"

Pour n’importe quel licencié ?

Vikash Dhorasoo : Si l’on fait ça sans catégorie d’âge, ouvert aux moins de 18 ans, c’est un formidable outil d’éducation populaire pour redynamiser la démocratie et notre vie citoyenne. Le foot, c’est plus de 2 millions de licenciés en France !

C’est un projet ambitieux ..

Vikash Dhorasoo : À court terme, on pourrait déjà envisager une consultation de tous les licenciés sur certaines idées, ce qui n’a jamais été fait à grande échelle pour l’instant. 

*Mise à jour de l’interview réalisée par Barnabé Binctin en juin 2018, dans le numéro 8 du magazine QQF « Allez les verts ! »

La proposition de l’ancien joueur, passé par l’OL, le PSG ou le Milan AC, n’est pas si farfelue que ça. Dès le plus jeune âge, on participe à des élections. Quand on élit nos délégués de classe, on découvre la démocratie représentative. On se rend alors compte que le vote permet de choisir ses représentants, mais pas seulement !

Même si l’impact des délégués de classe est parfois relatif, cela reste un exercice concret d’éducation civique. Apprendre à déléguer son pouvoir de décision, c’est aussi se pencher sur un programme, un projet de société, s’y intéresser, en débattre (en omettant qu’on votait souvent pour soutenir un copain ou une copine). « Faut-il plus de ceci (récréations/impôts/matchs) ou moins de cela (devoirs/taxes/entrainements) ? » « Pourquoi ? Qu’est-ce que cela implique ? » Se poser collectivement ce type de questions, dans des sphères moins complexes que la scène politique traditionnelle, nous éduque et nous responsabilise. Étendre la démocratie représentative à d’autres domaines de la société, c’est en quelque sorte rendre la démocratie plus accessible, plus participative. Ce serait un début.

Tristan Bouvier

Ce que vous faites

Aucun internaute n'a partagé ses bonnes pratiques sur ce sujet. Soyez le premier !

×
Gif inscription newsletter Qqf
Abonnez-vous
à notre newsletter :
30 e-mails (utiles)
par an !

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...