Promenons-nous dans les bois, pendant que le feu n'y est pas !

DÉCRYPTAGE
Promenons-nous dans les bois, pendant que le feu n'y est pas ! sur Qu'est-ce qu'on fait
Les forêts brûlent, tout au long de l'année maintenant. En Californie " Camp Fire " l'incendie le plus meurtrier de l'histoire de l'État vient à peine d'être maitrisé et l'été a été chaud en Europe également. C'est ainsi que de nombreux feux de forêts battent de tristes records aux quatre coins du globe. Quelles sont les causes de ces incendies ? Leurs conséquences ? Et surtout, qu'est-ce qu'on peut faire pour les endiguer ?

Augmentation des feux de forêts de grande ampleur.

Lors de ces trois dernières années, la Californie a connu 6 des 10 incendies les plus destructeurs de son histoire. De son côté, la Grèce a affronté récemment le feu de forêt le plus meurtrier d’Europe depuis 1949, en déplorant 94 décès. Dans le monde, le nombre total de victimes directes et surtout indirectes (à cause de la propagation de la fumée) serait estimé à 339 000 personnes par an, en moyenne, en 2012.

En dévorant parfois l’équivalent d’un terrain de football toutes les deux ou trois secondes, les feux non contrôlés peuvent se propager à une vitesse conséquente et provoquer de véritables catastrophes, générées par l’activité humaine.

Plus de 90 % des départs de feux de forêt seraient la faute de l’Homme.

Nous sommes directement responsables de la majorité des incendies de forêt :

  •  par négligence (mégots, barbecue mal éteint, travaux non sécurisés) qui représente environ 42 % des cas en France
  • ou par malveillance ( c’est-à-dire provoqué intentionnellement dans 39 % des cas !!!).

De façon indirecte, l’activité humaine à travers le changement climatique qu’elle génère, est responsable de l’augmentation significative des périodes de sécheresse et de la hausse des températures maximales. Or ce sont des facteurs déterminants pour le risque d’incendie. Par exemple, la végétation en Californie a atteint par endroits un taux d’humidité de 4 % alors qu’on considère que le bois est sec lorsqu’il est à 14 %. Ceci explique en partie pourquoi ce territoire est si inflammable.

Et cela risque d’empirer. L’Indice Forêt Météo (IFM) qui permet d’évaluer le risque d’incendie en fonction de la température, de l’humidité de l’air, de la vitesse du vent et des précipitations, est en constante augmentation. À l'horizon 2040, l'IFM moyen pourrait augmenter de 30 % par rapport à la période 1961-2000. Certaines simulations montrent que les risques pourraient être jusqu'à 75 % supérieurs, d'ici 2060.

Incendies de forêts : des conséquences déplorables 

  • Sur le plan financier

Au Canada, les coûts de gestion de feux de forêts sont en constante augmentation depuis 1970 et pourraient être 2 fois plus importants en 2040 qu’en 2000. Au fil de la dernière décennie ces dépenses ont varié entre 500M et 1 Md de dollars canadiens. Le budget annuel est sensiblement le même en France. Au total l’Union Européenne, l’État et les collectivités dépensent ½ milliard d’euros pour la gestion des incendies de forêts : deux tiers pour la lutte et un tiers pour la prévention. Ce budget ne prend toutefois pas en compte l’évaluation du coût des dommages écologiques et des éventuels travaux de restauration à entreprendre.

  • Et surtout sanitaire

Une étude estime que les feux de forêts californiens auraient rejeté en quelques semaines autant de dioxyde de carbone dans l’atmosphère que l’ensemble des voitures de l’état en une année.

Généralement suite aux feux de forêts de grande ampleur, ce fut notamment le cas en Russie en 2010, la concentration de particules fines dépasse les 300 microgrammes/mètre cube dans l’atmosphère, un chiffre 30 fois plus important que le seuil préconisé par l’OMS. Pour se faire une idée plus concrète de l’impact que peuvent avoir les feux de forêts sur la pollution de l’air, une étude estime que les feux de forêts californiens auraient rejeté en quelques semaines autant de dioxyde de carbone dans l’atmosphère que l’ensemble des voitures de l’état, en une année. Dans le monde les incendies seraient responsables de 2000 décès directs depuis 30 ans, et les effets indirects liés aux fumées toucheraient environ 6 millions d’habitants chaque année, des chiffres qui rappelle que ce ne sont pas des événements isolés, à prendre à la légère.

  • On partage cet article sur les réseaux sociaux, au cas où on fréquente une personne pyromane, un peu trop fan du personnage badass des choristes.
  • Promenons-nous dans les bois, mais sans fracas ! On est vraiment très prudent lorsqu’on se promène dans les bois : on respecte le guide des bonnes pratiques, fourni par le gouvernement. Le document peut sembler un peu ennuyeux mais c’est vachement important. Surtout quand l’on sait qu’environ 40 % des incendies en France sont dus à une imprudence !
  • On devient riche comme les Kardashian pour être sûr que notre logement soit beaucoup mieux protégé. Sérieusement on en parle de l’inégalité sociale face aux catastrophes naturelles ?
  • On consulte cette carte pour identifier les zones les plus touchées par les incendies dans le monde. 

  • Si on fume et qu’on emporte notre paquet partout avec nous pour en griller une lors d’instants privilégiés, en pleine nature aussi !? On pense au cendrier de poche ! On peut acheter en acheter ici par exemple ou réutiliser une vielle boite de cachou.
  • On fait du Gamping. C’est comme le camping, mais sur des terrains privés (les « garden », d’où le « g »). Un type de camping qui permet de profiter de la nature, mais en minimisant les risques d’y mettre le feu. On peut trouver un lieu près de chez nous via Gamping et Homecamper.
  • Si on est randonneur, on télécharge cette application pour donner l’alerte en cas de feu de forêt grâce à un quadrillage précis des massifs forestiers.




Tristan Bouvier
Tags : #alerte #forêt

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...