Les villes en première ligne contre le changement climatique

DÉCRYPTAGE
Les villes en première ligne contre le changement climatique sur Qu'est-ce qu'on fait
Selon le Giec (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat), la planète pourrait franchir le seuil de 1,5°C dès 2030. La science a de nouveau parlé : la fenêtre de tir n'a jamais été aussi étroite. Il faut agir vite pour que le résultat ne soit pas irréversible. Et si c’était les Villes qui détenaient les clefs de la transition écologique ?

Les experts du GIEC estiment que 50 à 70 % des solutions au changement climatique ont vocation à être mises en œuvre à l’échelle des villes. C’est d’autant plus vrai que les décisions prises au niveau des communes sont celles qui touchent le plus directement nos modes de vie : ce sont les immeubles que nous utilisons (nos lieux de vie, de travail, de loisirs), les réseaux de transport, l'énergie qui nous est nécessaire chaque jour. Les villes ont le pouvoir de :

  • Favoriser les transports en commun et les pistes cyclables comme Grande-Synthe qui vient d’instaurer la gratuité des transports publics.
  • Mettre en place des cantines 100% bio et locales comme Mouans-Sartoux.
  • Développer les énergies renouvelables comme Reykjavik dont la production d’énergies renouvelables recouvre 100% des besoins en électricité.
  • Préserver les espaces verts comme Vancouver qui comptabilise plus de 200 parcs.

Le Plan Climat, un outil efficace pour mettre en place des mesures concrètes ? 

Pour aider les élus français, la législation a rendu obligatoire l’adoption d’un Plan Climat Air-énergie pour les intercommunalités de plus de 20 000 habitants à l’horizon 2019. Mais de quoi s’agit-il concrètement ?

Le Plan Climat est un outil permettant aux élus de lutter contre le changement climatique. Une fois voté, son programme d’actions est revu au minimum tous les six ans. Le Plan Climat se compose de trois temps forts :

  • Son élaboration qui inclut un diagnostic, la fixation d’objectifs et d’une stratégie pour les atteindre
  • Sa mise en œuvre et son suivi
  • Son évaluation

Ses objectifs sont issus de la Loi de Transition Energétique pour la croissance verte (LTECV) :

  • Réduction de 40% des émissions de GES en 2030 (par rapport à 1990) 
  • Réduction de 30% à l’horizon 2030 de la consommation énergétique primaire des énergies fossiles
  • Réduction de 50% de la consommation énergétique finale à l’horizon 2050 

Pourtant, aucune contrainte n’est imposée aux collectivités et les objectifs précédents ne servent que de guides. Les Plans Climat s’adaptent aux potentialités de chaque territoire et définissent, en fonction, des objectifs atteignables. Les villes n'ont pas toutes les moyens de faire évoluer rapidement les dispositifs locaux. En effet,  des cantines 100% bio pourront se mettre en place très rapidement dans certaines communes de taille moyenne. Une ville comme celle de Paris ne pourra atteindre cet objectif qu'à l’horizon 2050 !

Pour une écologie inclusive

Au-delà de la transition écologique, le Plan Climat est aussi une occasion de renouer le lien entre élus et citoyens. En cette période marquée par une défiance accrue des citoyens envers le corps politique, il est plus que nécessaire de faire rimer politique et éthique. Eric Piolle, Maire de Grenoble (ville labellisée Cit’ergie) l’explique ainsi : "Nous devons percevoir les Plans Climats comme des moments de développer le sentiment d’appartenance et d’utilité collective". Pour cela, nous devons attendre des élus qu’ils mettent en place des processus de concertation ou de co-construction. Par exemple, Bordeaux Métropole a conduit des ateliers menés sur 4 mois sur les thématiques "bâtiments, énergies renouvelables, mobilité, consommation, économie". Cela a conduit à la rédaction d’un Livre Blanc qui constitue la base de travail de l'élaboration de son programme d'actions !

"Nous devons percevoir les Plans Climats comme des moments de développer le sentiment d’appartenance et d’utilité collective"

Il faut également que les citoyens se saisissent plus massivement de la question écologique. Le local ne se fera pas sans l’appui des citoyens et la question écologique est l’occasion de participer de manière plus active à la vie politique locale. Soyons les acteurs d'un sursaut écologique et citoyen ! 

  • On se mobilise au niveau local en rejoignant la campagne Alternatives Territoriales.
  • On demande à nos élus de consulter le Plan Climat de notre territoire avant sa validation avec une lettre type.
  • On lance un groupe de travail grâce à ce kit de mobilisation.
  • On vote au budget participatif de notre ville. Pour vérifier si notre ville en organise, on se rend directement sur son site internet !  
  • On participe à la marche pour le climat du 8 décembre
  • On s’engage dans une association qui vous convient. Pour faire votre choix, rendez-vous sur le site de Réseau Action Climat
  • Et, on n’oublie pas que le droit de vote s’accompagne d’un droit d’éligibilité et que rien ne nous empêche de faire de la politique au niveau local : le meilleur moyen de faire changer les choses !

*Propos recueillis dans le cadre de la Conférence « Un bon plan pour mon territoire aussi » organisée par Alternatiba, le 7 Octobre 2018. 

Elodie M.
Tags : #local #climat

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...