Un Noël qui vous veut du bien : on part à l'assaut des assos !

NOËL ASSOCIATIF
Un Noël qui vous veut du bien : on part à l'assaut des assos ! sur Qu'est-ce qu'on fait
Outre les enfants sages et les fabricants de jouets au taquet, les principaux bénéficiaires des bacchanales de fin d'année qui mettent le foie à rude épreuve sont surtout les cagnottes des associations, qui font le plein. Un geste altruiste à la portée de toutes les bourses. On fait le tour des initiatives.

C'est scientifiquement prouvé. Donner aux autres, c'est aussi se faire du bien à soi-même. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs de l'université de Zurich a prouvé cette année dans la revue Nature Communications que les comportements généreux activaient des zones du cerveau liées à la sensation de bonheur (situées à la jonction entre le lobe temporal et le lobe pariétal, c’est-à-dire au-dessus et en arrière de chaque oreille). Une bonne raison de mettre la main à la pâte.

41% des dons aux associations sont effectués lors du dernier trimestre

La période de Noël est en effet cruciale pour les associations : 41% des dons sont effectués lors du dernier trimestre, dont la moitié en décembre, selon le dernier baromètre du syndicat des associations, France générosités. Pourquoi un tel élan ? « Avec Noël, on est dans une attitude de partage avec les autres. On donne aussi davantage parce que les besoins des personnes vulnérables sont plus importants pendant l'hiver et enfin, parce que le 31 décembre marque la fin de l'année fiscale », analyse Nolwenn Poupon, responsable des études à France générosités. Pas totalement désintéressé, le don à des associations ou des fondations d'intérêt général est en effet déductible des impôts à hauteur de 66% de la somme, dans la limite de 20% du revenu imposable. Concrètement, pour 50 euros envoyés à des bonnes oeuvres, le contribuable n'en dépensera que 17. La déduction s'élève même à 77% pour les organismes d'aide aux personnes en difficulté. Plus d'excuse pour ne pas (s')investir !

Chasse aux faux pères Noël

Profitant de la bonne volonté générale, certaines associations peu scrupuleuses sont parfois mises en cause pour leur mauvaise utilisation des fonds. Le secteur fait néanmoins l'objet de nombreux contrôles. Les organisations autorisées à recevoir des dons de la part du public font par exemple l’objet d’un audit de la Cour des comptes. « En moyenne, une association humanitaire est contrôlée tous les mois, contre une fois par an pour une entreprise. Le risque d'utilisation frauduleuse des dons est donc très faible », rassure Nolwenn Poupon. Quand aux collectes de fonds dans la rue, qui se multiplient à l'approche de Noël, la vigilance est de mise :« En aucun cas, un chargé de collecte officiel ne demandera d'argent liquide ou de chèque, mais seulement un RIB », alerte t-elle.

 

Calendrier de l’avent à l’envers

Si la monnaie sonnante et trébuchante reste indispensable au bon fonctionnement des associations, certaines, à Noël, récoltent des dons en nature pour les redistribuer. A Lille, par exemple, l'association Un cado pour un charclo, créée par un étudiant il y a trois ans, collecte sacs de couchages, bonnets ou matelas pour les personnes sans-abris. L'initiative a aussi vocation à atténuer l'isolement des personnes dans la rue. On peut également donner un coup de main aux Pères Noëls Verts du Secours Populaire, qui font leur tournée là où le père Noël rouge ne peut pas passer, sous forme de dons financiers, jouets neufs et produits gastronomiques pour les plus démunis. On peut aussi constituer un calendrier de l’avent à l’envers. L’initiative vient de Belgique : chaque jour à partir du 1er décembre, on remplit une caisse des choses essentielles ou encore des petits cadeaux que l’on a envie d’offrir : un vêtement, une conserve, un jouet, des protections périodiques… Puis le 25 décembre, on offre le tout à une personne en ayant besoin ou une association. Et une fois l'engouement des fêtes passé, n'oublions pas que l'été, les associations souffrent aussi de la désaffection des donateurs.

  • On aide les Pères Noël Verts du Secours Populaire qui permettent aux enfants, aux jeunes, aux familles, aux personnes âgées ou isolées, de fêter Noël et la nouvelle année dans la dignité. Comment ? En déposant des tirelires chez les commerçants, en participants aux stands paquets-cadeaux à la sortie des magasins, en collectant des denrées alimentaires festives dans les grandes surfaces ou encore en organisant des arbres de Noël.
  • On donne de son temps aux personnes réfugiées via l’association Benenova. Sans minimum d’engagement et selon vos disponibilités, on peut participer à des actions de bénévolat concrètes, courtes, ponctuelles et collectives ! 
  • On s'investit à Lille au sein du collectif Un cado pour un charclo qui récolte et distribue des milliers de cadeaux aux sans-abris pour Noël à l’occasion d’une maraude géante. Alors, on n'hésite pas à rapporter jouets, livres, chocolats, produits de beauté ou accessoires en tout genre dans leur local au 50 boulevard de Strasbourg à Lille ! 
  • On reverse à une association la somme récoltée lors de la vente d'un objet via la plateforme collaborative cestbonesprit.fr . Le credo : « je vends donc je donne » !
  • On file un coup de main à l’association Les Petits frères des pauvres qui permet aux personnes âgées isolées de fêter Noël ! Plusieurs possibilités s’offrent à nous :
    • On prépare et on sert des « grands repas » dans plusieurs quartiers.
    • On offre un colis de Noël festif concocté par l'association au domicile d'une personne qui ne peut ou ne souhaite pas sortir.
    • On apporte une présence aux personnes des différents services d'hébergement collectifs le 24 décembre (maisons de retraite, services de gériatrie dans les hôpitaux)
    • On assure le transport (avec votre véhicule) des personnes plus ou moins handicapées le 24 ou le 25 décembre.
    • On aide aux préparatifs et plus particulièrement les 23 et 24 décembre.
    • On exprime ses dons artistiques (musique, magie, théâtre…) pour animer le réveillon du 24 ou le déjeuner du 25 décembre.
  • On participe au calendrier de l’avent à l’envers du Carillon en déposant chaque jour un petit objet dans une boite que l’on pourra offrir à une personne sans domicile le jour J ! Pour en savoir plus, on se rapproche du Carillon de notre ville : Paris, Marseille, Lille, Melun, Nantes, Bordeaux ou Lyon. On peut aussi aller plus loin en participant aux Noëls solidaires du Carillon qui ont lieu de fin décembre à début janvier dans 6 villes de France :  Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Paris, co-imaginés et co-organisés avec les personnes sans domicile elles-mêmes.
  • Si l’on n’est pas encore convaincu, on va faire un tour sur le site France Bénévolat pour trouver l’initiative qui nous correspond le mieux ! 
Hélène Fargues & Camille Cazanave
Illustrations : Camille Gobourg

Ce que vous faites

Aucun internaute n'a partagé ses bonnes pratiques sur ce sujet. Soyez le premier !

×
Gif inscription newsletter Qqf
Abonnez-vous
à notre newsletter :
30 e-mails (utiles)
par an !

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...