Le porno peut-il sauver la planète ?

PORNO & PLANÈTE
Le porno peut-il sauver la planète ? sur Qu'est-ce qu'on fait
Les plateformes de pornographie occupent 27% du flux de vidéos sur internet. Elles ont généré plus de 80 mégatonnes de CO2 en 2018. C’est autant que les ménages français, et près de 0,2% des émissions mondiales. Ces sites sont-ils conscients de leur impact ? Comment repenser les usages de la vidéo en ligne sans entraver les libertés individuelles ?

« Êtes-vous prêts à regarder le porno le plus sale jamais tourné ? ». Le ton est provocateur. La vidéo tout autant. Sur une plage, un couple s’apprête à faire l’amour, entouré d’une montagne de déchets plastiques. Le message est simple : payez pour avoir accès au film complet, et votre argent sera versé à une association œuvrant pour le nettoyage des océans.

Ce clip, réalisé par Pornhub, interpelle son public. « Nous sommes tous responsables de la réduction de notre empreinte carbone », affirme Corey Price, le vice-président du site, qui a déjà lancé en 2014 et en avril dernier deux autres actions de sensibilisation du même genre. L’industrie pornographique commence à se poser la question de son impact. D’après un rapport du Shift Project, la vidéo en ligne génère 60 % des flux de données mondiaux et plus de 300 millions de tonnes de CO2 par an. Or la majorité de nos usages sont à vocation récréative, et près d’un tiers du flux est occupé par les vidéos pornographiques. Un chiffre boosté par la haute-définition.

« Il ne s’agit pas d’être pour ou contre un usage, que ce soit la pornographie ou la télémédecine, mais d’éviter qu’un usage jugé précieux par la société ne pâtisse de la surconsommation d’un autre vu comme moins essentiel. »

Effet rebonds

À leur apparition, les plates-formes de visionnage de vidéos en ligne jouaient pourtant sur leur côté « clean » : adieu DVD, plastique et transports polluants, bonjour dématérialisation ! Mais au tournant des années 2000, la fréquentation de ces sites, et notamment de ceux du porno gratuit, renverse la tendance : le nombre de visionnages explose. L’effet rebond est spectaculaire, et renverse la tendance éco-friendly.

« Le système numérique a des apports certains pour notre société, et nous en avons besoin pour relever les défis du XXIème siècle », explique Maxime Efoui-Hess, directeur du rapport « L’insoutenable usage de la vidéo en ligne. » « Il ne s’agit pas d’être pour ou contre un usage, que ce soit la pornographie ou la télémédecine, mais d’éviter qu’un usage jugé précieux par la société ne pâtisse de la surconsommation d’un autre vu comme moins essentiel. Il ne s’agit pas d’être liberticide, mais d’avoir de véritables débats éthiques et sociétaux pour arbitrer collectivement nos usages face à des ressources finies. »

Pour l’heure, seul Pornhub s’exprime sur le sujet. « Nous avons levé des centaines de milliers de dollars, qui ont bénéficié à des associations », se vante la plateforme, qui explique également que 75% de ses utilisateurs regardent les vidéos sur mobile (moins polluant), et qu’ils n’utilisent qu’une centaine de serveurs. De là à sauver la planète ? Pas sûr...

  • On lit le rapport de The Shift Project, « L’insoutenable usage de la vidéo ».
  • Si les DVD polluent... on les loue ou on les achète d’occasion. On peut également acheter les films en version dématérialisée ou sur clé USB.
  • On prend conscience de sa consommation. L’extension de Firefox Carbonalyser montre le CO2 produit par nos recherches internet, et par le visionnage de vidéos en ligne, et les convertit en kilomètres parcourus en voiture. En un quart d’heure de vidéo, on est déjà à un bon kilomètre !
  • On soutient l’association Fuck For Forest. Fondée par les norvégiens Leona Johansson et Tommy Hom Ellingsen, cette plateforme propose un accès à tout son contenu érotique en échange de 10€ (ou plus) chaque mois. Cet argent sert au soutien de la lutte contre la déforestation, et à la création d’un centre au Mexique. Leur slogan ? « Have sex, save the world ! ».
  • On utilise le moteur de recherche Vivaldi pour regarder ses vidéos X, car il est basé en Islande, seul pays au monde à être entièrement alimenté en énergie verte. Contrairement à Ecosia, autre moteur de recherche écolo qui soutient la reforestation, celui-ci donne accès aux sites pour adultes.
  • Et, pourquoi pas, on s’intéresse à l’éco-sexe pour repenser son rapport à la nature. L’actrice et fondatrice de ce mouvement, Annie Sprinkle, propose de « faire l’amour à la planète à travers ses sens ». Basée sur des performances et du burlesque, cette démarche invite néanmoins à reconsidérer la Terre et à la traiter avec amour, et non plus comme un réservoir de ressources exploitables.
Juliette Démas

Ce que vous faites

Aucun internaute n'a partagé ses bonnes pratiques sur ce sujet. Soyez le premier !

×
Gif inscription newsletter Qqf
Abonnez-vous
à notre newsletter :
30 e-mails (utiles)
par an !

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...