Voyager en avion : une maxi-pollution à prix mini ?

TOURISME ÉCO-RESPONSABLE
Voyager en avion :  une maxi-pollution à prix mini ? sur Qu'est-ce qu'on fait
Après la Belgique et les Pays-Bas, le gouvernement français a annoncé le 3 juin dernier être prêt à « mener la bataille » afin de taxer le kérosène au sein de l’UE. Parce qu’aujourd’hui, les compagnies aériennes ne paient aucune taxe sur le carburant des avions, pourtant très polluant. De son côté le train voit ses coûts d’exploitation augmenter avec les coûts de l’électricité. Résultat : Paris-Venise 3 fois moins cher en avion qu’en train. On déraille, non ?

Largement décriée, l’exonération fiscale dont bénéficie le kérosène est née de la Convention de Chicago relative à l'aviation civile internationale et adoptée en 1944. Alors que la guerre touche à sa fin, l’idée était plutôt d’encourager le développement d’un trafic aérien pacifique. Pour limiter les conflits, les États membres de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) faisaient alors le choix d’interdire la taxation du carburant sur le sol d’arrivée. S’ensuivit une série d’accords bilatéraux l’interdisant également sur le sol de départ. Du départ à l’arrivée, c’est la politique du zéro taxe sur le kérosène des vols internationaux qui prévaut ; une situation qui perdure encore aujourd’hui ! Changer cette règle fiscale nécessiterait un vote unanime des 191 membres de l’OACI. Difficile d’y croire… Surtout quand on sait que l’organisation déclare ne pas vouloir réduire directement ses émissions de gaz à effet de serre, mais les compenser par le financement de projets qui, eux luttent contre le dérèglement climatique.

« Et une taxe sur les vols intérieurs ? » me direz-vous. Certains pays ont sauté le pas : les États-Unis, le Brésil, le Japon, ou encore la Suisse. D’autres, comme la France, craignent la concurrence si cette mesure n’est pas élargie à l’échelle européenne. Lors du Conseil des Ministres des Transports de L’Union Européenne, le 6 juin dernier, la France s’est exprimée en faveur d’une taxation au niveau européen. Une proposition qui n’a pas suscité encore grand enthousiasme. En attendant, pour préserver la compétitivité française, c’est l’environnement qui paye.

“Nous avons pris la décision de ne pas taxer le #kérosène sur les vols intérieurs." 

François de Rugy – Discours au Sénat – 6 juin 2019

Ceci étant dit, la (non-)taxe du kérosène n’est pas la seule à avoir un impact sur le prix des billets, et ce, même si les vols intérieurs bénéficient d’une TVA réduite à 10% et que les vols internationaux en sont exonérés. Le secteur aérien s’acquitte de la taxe Aviation Civile, de la taxe de solidarité (dite taxe Chirac qui permet le financement de l'organisme international Unitaid d'achat de médicaments à destination des pays en voie de développement) et d’une taxe sur les nuisances sonores. Sur le prix d’un vol intérieur, on estime que les taxes représentent plus de 50% du prix du billet (et taxer le kérosène le ferait gonfler de 12% supplémentaires). Le secteur aérien est beaucoup taxé, certes, mais le train persiste à être plus cher !

Un train d'avance pour l'avion

Qu’un avion ou qu’un train circule vide ou au complet, le coût de fonctionnement supporté par la compagnie qui l’exploite est le même. Cependant, ce coût peut fortement être diminué si les compagnies parviennent à optimiser leurs taux de remplissage des appareils. Il est aisé de comprendre qu’elles font tout pour limiter les voyages à vide. Et c’est là qu’intervient le yield management, c’est-à-dire d’optimisation du chiffre d’affaires à travers une tarification flexible destinée à évoluer en fonction du client et du moment de l’achat du service ou du produit afin de maximiser le profit généré par la vente de celui-ci. En la matière, les compagnies aériennes ont établi une solide stratégie pour s’imposer sur le marché des transports. Et on peut dire que c’est un succès ! Tous les moyens sont bons : une utilisation optimale des appareils, des trajets low-cost, des billets à prix cassés quand le remplissage est faible. Une logique désormais adoptée par les consommateurs qui ne s’étonnent plus que dans un même avion aucun des passagers n’aient payé le même prix de billet !

Du côté des trains, la révolution du yield management s’est faite plus lentement. En matière de tarification, la règle reste le « plus c’est tôt, moins c’est cher ». Une position difficile à tenir aujourd’hui, où les décisions de voyager, notamment en France, ne sont plus longuement anticipées. Alors au moment d’acheter leur billet, au regard des prix, les voyageurs préfèrent s’envoler. L’avion a pris de l’avance et le train devrait en prendre de la graine pour se réinventer !


Mais à quel prix pour l’environnement ?

Pour les déplacements en France, notamment entre les grandes villes, l’avion se substitue au train, mais à quel prix pour l’environnement ? Transport en vogue, l’avion a un réel impact carbone. Avec une part s’élevant juste à 3% de la totalité des émissions de gaz à effet de serre en Europe, on pourrait croire que le trafic aérien n’a pas une grande responsabilité dans le réchauffement climatique. Sauf qu'avec une croissance du trafic en hausse de 3,5 % par an, l’Association du transport aérien international (IATA) prévoit qu’à cette allure, le trafic aérien pourrait atteindre 20% des émissions totales en 2050 ! Pour comparer l’impact climatique des différents modes de transport, un autre calcul pourrait être lui aussi intéressant, celui des émissions de CO2 par voyageur et par kilomètre. Sur ce critère, la voiture est plus polluante que l’avion sur une courte distance. Sauf qu’on n’utilise jamais l’avion pour de très courtes distances ! Si on calcule les émissions de CO2 par heure de transport, on se rend compte qu’un trajet en avion est 13 fois plus polluant qu’un trajet en voiture, et plus de 160 fois qu’un trajet en train ! C’est sans compter la pollution sur les zones de population survolées, les autres gaz à effet de serre émis (oxyde d’azote, de soufre, de monoxyde de carbone), les traînées de condensation et tant d’autres facteurs dont les conséquences nous dépassent encore…

 

Crédit image  : Jonah Allé Monné  

Première étape : on s’informe pour prendre conscience

  • Pour se mettre dans le bain, on se balade sur notre infographie sur le sujet pour se faire une idée plus claire sur nos modes de déplacement aujourd’hui.
  • Qu’on prenne souvent ou occasionnellement l’avion, on pense à calculer l’empreinte carbone de nos vols, la comparer avec celle d’autres moyens de transport et adapter nos habitudes de voyage en fonction ! Si l’impact carbone n’est pas indiqué sur les billets, malgré la réglementation obligatoire, il peut facilement être calculé en ligne sur le site de GoodPlanet ou celui de MyClimate.
  • On pense aussi aux trajets des produits que l’on consomme : les fruits et légumes par exemple (on en parle ici), mais aussi nos meubles, nos habits… Essayer d’acheter local, c’est contribuer à réduire le trafic aérien.
     

Deuxième étape : on contribue à faire changer les choses

  • On souscrit à l’initiative citoyenne européenne qui réclame la fin de l’exonération de taxe pour le kérosène. Si elle réunit plus d’un million de signatures provenant de 7 pays différents en un an, la Commission européenne sera dans l’obligation de la traiter et d’y répondre dans les 3 mois. On essaie ?
  • Souvent, on privilégie l’avion au train pour une question de temps. Les trains couchettes permettaient pourtant de voyager pendant son sommeil et de ne pas perdre une demi-journée dans les transports. On soutient le collectif « Oui au train de nuit » pour contribuer au retour de ces trains : on signe leur pétition et on consulte leur site pour connaître leurs actions !
  • Il est possible de compenser l’émission de GES de notre vol. On verse une somme d’argent à des organismes, comme l’association française CO2 Solidaire, qui financent des projets participant à la réduction de ces gaz problématiques.
     

Troisième étape : on change nos propres habitudes !

  • On privilégie les vols en classe économique (les émissions sont jusqu’à 9 fois moins importantes qu’en première classe !), les vols sans escale (le décollage et l’atterrissage sont très gourmands en énergie) et une compagnie aérienne bien classée (on regarde le rapport d’atmosfair).
  • On lit (et on signe ?) le manifeste « Nous ne prendrons plus l’avion » de Julien Goguel, qui a fait le choix de rester au sol et invite d’autres personnes à prendre cette décision.
Agathe Hernier

Ce que vous faites

Aucun internaute n'a partagé ses bonnes pratiques sur ce sujet. Soyez le premier !

×
Gif inscription newsletter Qqf
Abonnez-vous
à notre newsletter :
30 e-mails (utiles)
par an !

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...