Forêt et déforestation

Quand on pense développement durable, on pense énergies renouvelables, protection des océans et réduction des déchets. Pourtant, un enjeu majeur encore trop écarté des discussions climatiques internationales est celui de la protection des forêts. Potentiel inestimable pour améliorer le bilan global des émissions de gaz à effet de serre, elles doivent être considérées à leur juste valeur. Qu’est-ce qu’on fait pour sauver nos forêts ?!


La déforestation n’est pas un problème récent, mais toujours d’actualité. On sait tous que l’hégémonie de l’huile de palme dans l’industrie alimentaire y participe fortement, mais difficile de le concevoir quand on traverse les rayons des supermarchés. La faute à quoi ? L’inquiétante déconnexion d’homo sapien sapiens au reste du monde vivant ? La densité de population urbaine ?

Dommage, surtout quand on sait qu’elles peuvent nous faire profiter de bienfaits qui feraient pâlir (ou rougir) l’industrie pharmaceutique. D’une part elle contient une biodiversité de faune et de flore dont la composition représente une quantité de principes actifs inexplorés. D’autre part la pratique des thérapies par la marche en forêt est reconnue au Japon. Preuves à l’appui : moins de stress, un meilleur système immunitaire et un sentiment global de bien-être.

Les forêts représentent un enjeu considérable quant à leur efficacité pour relever le défi climatique. Une gestion durable des zones forestières aurait un rôle majeur dans l’atténuation des dégâts dus au dérèglement climatique. Constituant de véritables puits de carbone irremplaçables, menacer les forêts c’est augmenter les émissions de gaz à effet de serre (qu’elles auraient dû absorber). Plus on détruit les forêts, plus on augmente les conséquences des changements climatiques (comme les incendies, la sécheresse et les hausses de température), plus on fragilise les forêts restantes. Cercle vicieux, à contrecarrer rapidement. Les forêts primaires, encore non-exploitées par l’industrie humaine, se font rares, alors qu’elles représentent une riche biodiversité de végétaux et d’animaux, des siècles de vie naturelle dont pourrait s’inspirer l’agriculture contemporaine.

Dans notre dossier, vous apprendrez que même si la forêt augmente d’année en année en France, ce n’est clairement pas le cas dans le monde entier, notamment au Brésil où Bolsonaro ne comprend pas pourquoi il y a tant d’arbres qui lui bouchent la vue. Vous trouverez aussi une interview du directeur d’Ecosia par Anaëlle Barnier et pourquoi ils s’engagent pour la reforestation. Vous apprendrez enfin les ressorts de l’agro-foresterie et ses vertus.

Ne prenez pas cet air abattu et bonne lecture !

×
Gif inscription newsletter Qqf
Abonnez-vous
à notre newsletter :
30 e-mails (utiles)
par an !

Hey, inscrivez-vous à notre newsletter
pour recevoir les bons plans Qqf ?!

Promis, on ne vous envoie pas plus d'un mail par semaine ...